Depuis plusieurs mois, nous travaillons sur une formidable opportunité de développement photovoltaïque dans un nouveau pays pour SunMind… Ce pays, c’est la Suède ! Et lorsque j’en parle autour de moi, je remarque que tout le monde a cette même réaction: « Mais pourquoi la  Suède ? Il n’y a pas de soleil, et il neige tout le temps ! »

Pourquoi faisons-nous aujourd’hui le choix de nous développer en Suède ? Décryptage !

1. Regardons les données droit dans les yeux.

 Les données d’irradiation solaire en Suède

Lorsque nous envisageons un projet solaire photovoltaïque, nous commençons toujours par analyser son productible. Le productible, c’est l’estimation de la quantité d’électricité que devrait théoriquement produire un système photovoltaïque, en fonction de sa localisation, de sa conception et de la nature des équipements qui le composent. Afin de le calculer, nous cherchons dans un premier temps à analyser l’irradiation solaire reçu par le site. A cet effet, nous nous intéressons à l’irradiation solaire reçu sur un plan horizontale, l’IGH. Cette irradiation est constituée de 3 composantes :

  • Le rayonnement direct ;
  • Le rayonnement diffus, qui résulte des diffractions du rayonnement direct par les nuages
  • Le rayonnement réfléchi dû à l’albédo, qui résulte de la réflexion du rayonnement sur les surfaces proches.

A l’échelle de la France métropolitaine, l’irradiation globale horizontale annuelle varie de 1100 kWh/m2 dans le nord, à près de 1700 kWh/m2 dans le Sud. En suède, l’irradiation varie de 725 kWh/m2 dans le nord du Pays, à 1050 kWh/m2 dans certaines zones du Sud. L’écart d’irradiation solaire entre le site le moins favorable en France et le site le plus favorable en Suède est ainsi de 5%, seulement.

Ainsi, sur notre premier projet en développement en Suède, qui bénéficie d’une orientation optimale et qui est situé dans la zone favorable d’irradiation, les études de démontrent que nous pourrons atteindre un productible de l’ordre de 1000 kWh/kWp. A titre de comparaison, une centrale solaire de 60MWc  a récemment été inaugurée dans le nord de la France, avec un productible annoncé de l’ordre de 1050 kWh/kWp…

En synthèse, un projet solaire optimisé dans une zone favorable suédoise produira quasiment autant d’énergie qu’un projet situé dans le Nord de la France. 

La neige

En effet, en Suède, il neige. Dans la région de Stockholm, il neige environ 46 jours par an. En France, ce chiffre fluctue entre 0 et 100 en fonction des régions concernées. Dans le cadre de notre étude de faisabilité, nous avons pris en compte un « tilt » (l’angle entre l’horizontal et le plan des modules) supérieur à 25° afin de permettre à la neige de glisser sous l’effet de son propre poids. Nous avons également estimé les impacts liés à la neige qui resterait sur les modules en considérant l’ensemble des externalités, notamment :

  • La neige tombera principalement entre novembre et mars, qui sont les périodes de très faible irradiation en Suède.
  • La neige qui tombe sur le sol peut conduire à une optimisation de la production en augmentant l’albédo (et donc l’irradiation reçue, notamment aux heures ou l’angle incident des rayons solaire est faible)

2. L’irradiation solaire n’est pas le seul critère pour déterminer nos pays d’intervention

Lorsque nous réfléchissons aux pays dans lesquels nous souhaitons intervenir, l’irradiation solaire n’est pas l’unique critère de sélection. En effet, nous prenons également en compte :

  • Le contexte règlementaire ;
  • Les schémas possibles pour valoriser l’électricité. La spécificité de SunMind est d’être en mesure de se positionner sur des contrats innovants de vente direct d’énergie auprès de ses clients finaux (On-site PPA et Off-site PPA);
  • Le prix moyen auquel il est possible de vendre l’électricité, au regard du schéma envisagé;
  • La maturité du marché et son potentiel de croissance;

Il n’est donc pas absolument nécessaire d’aller dans des zones avec une très forte irradiation solaire pour pouvoir développer des projets photovoltaïques. Il faut cependant que le couple [Irradiation solaire] x [Prix de vente du kWh] soit cohérent au regard des montants investis, et ce sont justement les centrales au sol de grande taille qui permettent, grâce aux effets d’échelle, d’atteindre les coûts d’installation par unité de puissance [€/Wc] les plus efficients.

Revenons à notre cas Suédois : Au 1 avril 2022, il y avait environ 100 MWc de projets solaires au sol raccordés sur le réseau , pour une puissance totale d’installations photovoltaïques de l’ordre de 1GWc. Autrement dit, le marché solaire est naissant, et tiré principalement par le solaire résidentiel et C&I de taille modeste. A titre de comparaison, le marché Français a atteint 13GWc de puissance installé à la fin de l’année 2021, les centrales au sol représentant environ 25% de la puissance totale installée.

Pourquoi un tel écart ? La France a mis en place un système de subvention sous forme de « feed-in-tarif » depuis de nombreuses années. Ce feed-in-tarif permet aux producteurs d’énergie renouvelable de bénéficier d’un tarif de rachat pendant 20 ans, à un tarif connu dès la signature du contrat. C’est grace à ce mécanisme vecteur de visibilité sur la valorisation de l’eléctricité produite que des développeurs et des investisseurs développent depuis plus de 10 ans des centrales sur l’ensemble du territoire national. La Suède a fait d’autres choix de politique énergétique, et n’a pas mis en place ce type de mécanisme. Il faut donc faire appel à d’autres solutions innovantes pour valoriser l’électricité produite par l’énergie solaire…

3. La Suède, ou l’avènement des Corporate PPA solaires

Nous sommes à un point particulier de l’histoire énergétique des pays Européens, et la Suède illustre parfaitement cette situation, caractérisée par la concomitances des trois constats suivants :

  • Les entreprises ont pris conscience de leur responsabilité climatique et souhaitent décarbonner fortement et rapidement leurs activités ;
  • Les prix de l’électricité sur les marchés de gros ont connu une volatilité très importante, affectant directement l’activité industrielle. Les entreprises comprennent désormais l’intérêt d’avoir une partie de leur approvisionnement d’électricité à un prix fixe sur le long terme;
  • Le prix des modules photovoltaïques a baissé d’environ 90% depuis 2010, et ce de manière continue. Les prix des cellules ont certes connu des soubresauts depuis 2021, liés à une demande toujours forte et à une offre affectée par le Covid, mais nous pensons que la tendance de fonds perdurera au regard de l’accroissement constant des capacités de production;

La baisse du prix des modules conjuguée à la croissance des prix de l’énergie donnent ainsi naissance à de nouveaux modèles économiques qui n’étaient pas envisageables il y a deux ans. Cerise sur le gateau, cela permet également de décarbonner de manière très concrète l’approvisionnement en électricité des entreprises. La solution est alors basée sur des Corporate Power Purchase Agreement, ces contrats directs de vente d’électricité entre un producteur tel que SunMind, qui s’engage à développer, financer, construire et maintenir des centrales solaires de surfaces relativement importante d’une part ; et un client qui s’engage à acheter l’électricité ainsi injectée sur le réseau d’autre part.

Le marché des Solar Corporate PPA est ainsi amené à croitre fortement au cours des années à venir, et pourrait représenter plus de 5GWc d’ici 2025 en Suède. SunMind, avec le soutien de sa maison mère VINCI Concessions, développe actuellement une centrale de 100MWc sur l’emprise de l’aéroport de Stockholm-Skavsta, et entend saisir d’autres opportunités sur ce marché prometteur qui correspond parfaitement à notre ADN !

Maxime – Fondateur de SunMind